Valérie Sonnier vit et travaille à Paris.

Diplômée de l’Ecole des Beaux-arts de Paris, elle a suivi le séminaire de Jeff Wall à l’Université de British Columbia à Vancouver pendant la dernière année de son cursus. Elle développe, depuis, son travail à travers une pratique multimédia. Elle utilise le dessin, la peinture, la photographie et le film Super 8 pour tisser des liens entre ses souvenirs intimes et la mémoire collective de l’enfance, et pour aborder les notions de présence, absence, apparitions fantomatiques…

Elle a participé à de nombreuses expositions collectives, parmi lesquelles La Main numérique  au Musée national des beaux-arts de Taïwan en 2010, Des Jouets et des hommes  aux Galeries nationales du Grand Palais en 2011 puis à l’Helsinki Art Museum en 2012, à l’exposition Acquisitions récentes-2009-2013,Volets 2 et 3 au Frac Picardie, Distant proximity à La Centrale à Bruxelles en 2014 et Cocteau contemporain à Paris en 2015.

Un recueil de ses dessins, Le Cahier des morts minuscules, préfacé par Bruno Girveau et Dominique Païni, a paru aux éditions Yellow Now en octobre 2011.

Elle enseigne le dessin et la morphologie à l’Ecole des Beaux-arts de Paris depuis 2003.

Elle est représentée par la galerie Nadja Vilenne en Belgique, qui lui a consacré une exposition personnelle, Faire le photographe,II. en 2014.

Les commentaires sont fermés.